En attendant le second tour …

Le premier tour de l’élection présidentielle française est passé, avec son lot d’espoirs déchus, de déceptions, de résignations. Le système électoral fait que nous nous retrouvons au deuxième tour avec deux candidats… particuliers : un novice en politique voulant incarner le renouveau et une candidate d’un parti d’extrême droite.

Cette année, la présence de Marine Le Pen au deuxième tour semble normale.

Cette année, la présence de Marine Le Pen au deuxième tour semble normale. La stratégie du Front National de lissage et de « présentabilité » a porté ses fruits puisque la candidate a réuni 21,30 % (7 679 493 électeurs), tout en profitant du climat de peur avec la menace terroriste, devenue bien trop réelle ces derniers temps. De l’autre côté, Emmanuel Macron a su profiter du ras-le-bol ambiant à l’encontre des gouvernants traditionnels (le Parti Socialiste et les Républicains). Il a misé avec succès sur la nouveauté et le rassemblement. Une vision qui a valu au candidat de devancer tous ses opposants au premier tour avec 24,01 % (8 657 326 électeurs). Nouveauté cette année donc, puisque aucun parti traditionnel n’est présent pour le second tour. Cette élection est donc inédite. Profitons maintenant de cet entre-deux tours pour prendre un peu de recul sur ces élections présidentielles.

Nos convictions évangéliques

Pour ce faire, il est utile de rappeler que le Conseil National des Évangéliques de France (en collaboration avec le Service d’Entraide et de Liaison, Michée France, A Rocha et le Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine) a publié il y a quelques mois un livret sur les convictions évangéliques de vie en société. Parmi elles se trouve un bon rappel de la laïcité et de la liberté d’expression et de culte dans notre pays. Mais aussi nos positions sur la personne humaine : la lutte contre la pauvreté doit être une de nos priorités, tout comme l’éthique économique et le fait de porter un témoignage d’amour aux personnes issues de l’immigration. En tant qu’évangéliques nous sommes également attachés à la vision biblique de la famille et de la sexualité. Avec ceci, n’oublions pas notre attachement à l’éducation, à la protection de l’environnement, et au respect des institutions. Un document bien résumé, accessible et qui se veut global. D’autre part, la Fédération Protestante de France a aussi publié un résumé des valeurs protestantes, à l’attention des candidats.

Deux programmes… différents

Même si pour la plupart – nous l’espérons – le vote au deuxième tour sera plus évident qu’au premier, un petit rappel sur les programmes de chacun des candidats peut être bénéfique. Le site du Monde a effectué une comparaison étayée des programmes des deux candidats. Un autre article est quant à lui moins exhaustif et s’attache à quelques mesures phares d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. A noter aussi que le CPDH a fait des fiches synthétiques sur chacun des candidats, dont une sur le candidat d’En Marche ! et une sur la candidate du Front National.

Il est nécessaire cependant de faire quelques remarques sur la présence de Marine Le Pen, candidate d’extrême droite au second tour. Dans un contexte où la peur du terrorisme augmente, il faut rappeler la lettre ouverte écrite par la commission d’éthique protestante évangélique de décembre 2015. Cette lettre appelle à ne pas céder à la colère après les événements tragiques. Tout ceci ferait le jeu de l’extrême droite. Nous pensons aussi qu’il faut rappeler les propos de Marine Le Pen sur les protestants sur le plateau télévisé de TF1, le 18 avril 2017, auquel le CNEF a répondu avec un communiqué.

Voter et prier

Voter semble donc la meilleure réaction face à un extrémisme qui monte de plus en plus dans l’Europe entière (à noter le grand format bien documenté sur l’extrême droite en Europe effectué par le Figaro). Voter contre une certaine vision de la France, excluante et xénophobe. Voter, c’est ce qu’encourage également le pasteur et éthicien Luc Olekhnovitch dans son article dans Christianisme Aujourd’hui, datant du 19 avril 2017. Il demande à voter selon notre boussole, qui doit guider chacune de nos décisions : l’amour. Nous ne pouvons que vous encourager aussi à lire et partager l’article sage de Louis Schweitzer pour Point-Théo sur « Le paradoxe des élections« . Il s’agit donc de voter, mais aussi de prier. En sachant que notre Seigneur est aussi le Seigneur de l’histoire. Prions pour qu’il donne sa sagesse aux gouvernants. Le CPDH a publié à ce sujet un guide de prière pour les élections présidentielles, intitulé « Opération Jérémie ».

Voter selon notre boussole, qui doit guider chacune de nos décisions : l’amour

Tout ceci en sachant que nous ne plaçons pas tous nos espoirs dans cette élection présidentielle. Nous avons parfois l’impression dans ces temps d’élections que tout sera possible, qu’une société meilleure est en train d’advenir, que le Messie est là. Sachons, avec sagesse prendre du recul sur nos implications politiques et nos attentes dans les élections. En tant que chrétiens, il est utile de rappeler que nous sommes fondamentalement dans une autre attente : celle d’une terre renouvelée et du retour de notre Roi. Notre citoyenneté est toujours et pour toujours au ciel.

 

Pour continuer la réflexion