#idéereçue4 : Sur ce point je ne lâcherai pas !

Mon dernier point n’est pas à proprement parlé une idée reçue sur les groupes, mais j’aimerai m’arrêter sur les effets dévastateurs de la « stratégie de sauvegarde » ou comment tuer un groupe en s’arqueboutant sur une idée.

Vous avez sûrement tous vécu cette situation : quelque chose vous tient à cœur, vous essayez de faire passer le message, mais ne vous sentez pas écoutés. Alors au lieu d’écouter réellement votre interlocuteur vous vous accrochez à votre idée et la dite de plus en plus fort au risque de la caricaturer.

Votre interlocuteur lui n’a pas réellement écouté, mais a retenu de votre intervention un élément qui lui fait peur. Il va donc proposer une solution opposée pour éviter ce qui lui pose problème dans votre idée. Plus il va proposer son idée, plus vous allez avoir peur de la mise en œuvre de celle-ci, et peur également que ce qui vous tient à cœur ne soit pas respecté.

La stratégie de sauvegarde c’est donc quand les interlocuteurs ne sont plus capables d’entendre la complexité et l’intérêt de l’idée de l’autre et que chacun s’accroche à son idée. Cela entraîne deux conséquences :

  • Présentation d’une version de plus en plus caricaturale de son idée pour essayer de la promouvoir et de la faire entendre.
  • Écoute de plus en plus tronquée : les interlocuteurs ne cherchent pas à entendre les idées proposées, mais n’écoutent que ce qui renforce leur propre idée

Cette stratégie, généralement inconsciente, a des effets dévastateurs. La première étape pour sortir de cette stratégie de sauvegarde est de reconnaître le bien-fondé des remarques négatives sur ma propre idée, ce qui permettra à mon interlocuteur de se sentir entendu sur ses doutes, ses craintes et ses remarques. Ce qui devrait dans un second temps lui permettre de faire le même chemin d’écoute de nos doutes, nos remarques et nos craintes sur sa propre vision des choses. Chaque fois que nous nous accrochons à une idée, nous courons le risque de tomber dans la stratégie de sauvegarde…

Ce qui m’amène à deux petites questions : Quels sont les sujets, idées, sur lesquels vous avez de fortes convictions ? Quels sont leurs points faibles ?

 


Retrouvez les autres articles de la série :

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail