L’Évangile de Marc : quelques clés de lecture
Christophe Paya

Comment enrichir sa lecture de l’Évangile de Marc, ou comment le lire en y découvrant des choses qu’on n’avait pas remarquées jusque-là ? Quelques clés de lecture peuvent aider. D’autres pourraient bien sûr être mentionnés : celles-ci sont à prendre comme des guides ; elles rendront le lecteur attentif à des signaux qu’il rencontrera sur le chemin ; des signaux qu’il aurait pu manquer, mais qui sont révélateurs de l’intention et de la théologie de Marc l’évangéliste.

De même qu’on peut lire l’Évangile de Matthieu en prêtant tout particulièrement attention à la manière dont il présente Jésus comme « Dieu avec nous », comme le maître qu’on écoute, et dont il attache la mission à la vocation des disciples, on peut lire l’Évangile de Marc à l’aide de ces trois clés et questions : (1) l’identité de Jésus : qui est-il ? ; (2) le sens de la croix : quel genre de Fils de Dieu est Jésus ? ; (3) des disciples en difficulté : qu’est-ce qu’un disciple ?

Clé n°1 : L’identité de Jésus : qui est-il ?

Marc ne cache pas son jeu. Il ne construit pas le même suspens que les auteurs de romans policiers qui ne donnent que dans les toutes dernières pages la clé de l’énigme. Il travaille plutôt comme ces auteurs qui révèlent dès le début l’événement décisif, puis qui consacrent le reste de leur livre à faire découvrir comment ou pourquoi on en est arrivé là. Dès son premier verset, Marc affirme : « Évangile [Bonne Nouvelle] de Jésus-Christ, le Fils de Dieu ». On sait donc qui est qui dès le départ. Mais les personnages du récit ne le savent pas, d’autant que Jésus impose plusieurs fois le silence à ceux qui comprennent qui il est.

Le lecteur, donc, est informé, et il va pouvoir lire le reste de l’évangile en observant comment se manifeste cette vérité et comment les protagonistes du récit découvrent à leur tour cette vérité, l’acceptent ou la rejettent, de la voix céleste de 1.11 jusqu’au centurion romain au pied de la croix (15.39). On se demandera donc ce que les nombreux miracles de Jésus disent de son identité et on observera la manière dont les contemporains de Jésus découvrent son identité ; 

On observera la manière dont les contemporains de Jésus découvrent son identité

cela nous permet non seulement de mieux nous positionner nous-mêmes, mais aussi de réfléchir au cheminement de nos contemporains.

Clé n°2 : Le sens de la croix : quel genre de Fils de Dieu est Jésus ?

Un Fils de Dieu qui meurt sur une croix ? qui est vaincu par la puissance de l’Empire romain ? Les commentateurs constatent que le récit de la Passion (les souffrances et la mort du Christ) occupe une très grande place dans le récit de Marc. Or le récit de la Passion soulève une grande question : quel est ce Fils de Dieu qui meurt de la mort des esclaves et des insurgés ? Comment conjuguer l’affirmation initiale de Marc : « Évangile de Jésus-Christ, le Fils de Dieu », avec les moqueries des soldats et la couronne d’épine ?

La clé de lecture est alors la suivante : lire l’Évangile de Marc à la lumière de la croix. Comment Marc prépare-t-il le lecteur à ce qu’il considère comme essentiel pour la vie et le ministère de Jésus ? Comment nous fait-il comprendre quel « genre » de Fils de Dieu est Jésus ? Et comment le récit de la Passion nous permet-il de comprendre la croix non comme une erreur d’aiguillage ou un mauvais moment à passer, mais comme constitutive de l’identité du Fils de Dieu ? 

En quoi la mort de Jésus fait-elle partie de la « bonne nouvelle » ?

En quoi la mort de Jésus fait-elle partie de la « bonne nouvelle » annoncée dès le début du récit ? Pourquoi est-elle l’aboutissement inévitable de l’œuvre de Jésus-Christ ?

Clé n°3 : Des disciples en difficulté : qu’est-ce qu’un disciple ?

Marc est connu pour dresser un portrait relativement pessimiste des disciples. Ils ne comprennent pas l’enseignement de Jésus, ne saisissent pas son identité, sont régulièrement en décalage avec lui ; l’un finit par le trahir, un autre par le renier, et tous les autres s’enfuient. Jésus les a appelés à le suivre, mais tout indique que cet appel est une parole de grâce, sans justification autre que la liberté de choix du Seigneur. 

On cherchera à comprendre ce qu’est un disciple de Jésus

Au fil de la lecture, on cherchera à comprendre ce qu’est un disciple de Jésus, ce que les échecs des Douze disent de l’être humain et de la foi ; on s’interrogera aussi sur la manière dont Jésus traite ces échecs, et exhorte et forme ses disciples.