Un message de Dieu par minute

Un message de Dieu par minute
Thomas Poëtte

Faut-il s’attendre à ce que Dieu nous parle sans cesse ? La Bible ne révèle-t-elle pas un Père céleste qui s’adresse très régulièrement à ses enfants ? Que faire pour avoir avec Dieu la relation qu’avaient Abraham, Moïse, Élie, Paul ?

Qui ne s’est pas, au moins un jour, dans le fond de son cœur, posé ces questions ? J’aimerai ici vous partager quelques pistes concernant l’écoute de Dieu, que j’ai puisées principalement dans le livre de Dallas Willard, Entendre la voix de Dieu.

Les Abraham, Moïse, Élie et Paul

On se dit souvent que les personnages bibliques étaient en dialogue permanent avec Dieu, et on aimerait bien vivre la même chose ! Mais la Bible confirme-t-elle cette hypothèse du « dialogue permanent » ? J’ai bien peur que non… Rien n’indique que les « héros » de la foi recevaient sans cesse des messages de Dieu leur indiquant quoi faire quotidiennement.

D’ailleurs, notre désir d’être en dialogue permanent avec Dieu peut parfois être la forme que revêt en fait une certaine fuite de nos responsabilités. On aimerait que le Seigneur nous indique clairement, à chaque bifurcation, si l’on doit aller à droite ou à gauche. On aimerait ne pas avoir à décider nous-même quel travail choisir, quel-le conjoit-e choisir, quelle voiture choisir, que faire de ma journée, etc.

Mais le Saint-Esprit, qui vit dans le cœur des croyants, travaille en nous afin de nous faire tendre vers la maturité spirituelle. Il renouvelle notre intelligence de manière à ce que nous découvrions et choisissions la volonté de Dieu. Il ne nous guide pas comme on dirige un pantin.

Mais bien qu’il ne nous délivre pas un message à la minute, son action en nous est permanente. Comment Dieu communique-t-il alors avec nous ?

Les divers modes de communication de Dieu

L’Écriture elle-même est un des modes de communication de Dieu. Si nous la lisons en nous mettant à l’écoute de ce que Dieu veut nous dire (ce qui n’exclut pas une exégèse sérieuse des textes, au contraire ; mais l’exégèse sera orientée vers l’écoute, au contraire d’être la finalité de notre lecture), l’Esprit nous parlera certainement. D’ailleurs, un des leitmotiv de Willard est : « vous pouvez vivre le même genre d’expériences que ce qui est décrit dans la Bible ». Comment voit-on alors Dieu communiquer dans les Écritures ?

Dieu communique avec ses enfants de diverses manières. Parfois c’est par le moyen d’un ange (Nb 22.22-35 ou Jg 13), d’autres fois par un rêve ou une vision (Ac 16.9 ; Ac 10.9-19). D’autres fois encore, c’est par une voix audible (non-humaine) que Dieu se fait entendre (comme en 1 S 3). Mais dans la majorité des cas, l’Esprit parle par le moyen d’une voix humaine. C’est par exemple le cas des paroles de prophétie (Ex 4.12 ; Ac 11.28). Dans ces cas-là, Dieu s’adresse à quelqu’un par l’intermédiaire d’une autre personne (le prophète, qui lui a reçu la prophétie de manière directe). Dieu peut aussi parler par le moyen d’une parole humaine dite au détour d’une discussion informelle, en dehors de tout cadre d’Église.

Enfin, Dieu s’adresse à nous par nos propres pensées, et par les émotions qui les accompagnent. Willard nomme cela le « murmure doux et léger », en référence au récit de 1 Rois 19 avec le prophète Élie (sans que l’expérience d’Élie soit considérée comme directement normative pour notre propre vie de foi ; la référence est plus illustrative qu’autre chose). Examinons de plus près ce mode de communication intérieure.

Le murmure doux et léger

Par l’Esprit en nous, Dieu peut faire de nos pensées ses pensées. Et il s’agit bien alors de nos pensées. Elles s’expriment dans notre langue, avec notre vocabulaire habituel, etc. Mais Dieu décide de parler à travers elles. Bien sûr, toutes nos pensées ne sont pas les pensées de Dieu. Et là encore il ne s’agit pas de chercher, à travers nos pensées, à recevoir sans cesse des instructions de Dieu. Il s’agit plutôt de cultiver un espace intérieur d’écoute, d’attention à l’Esprit.

C’est certainement le mode de communication « de l’intérieur » privilégié par Dieu. Par lui, l’Esprit nous façonne et nous rend responsable, car en parlant avec nous de cette manière, il sollicite notre volonté et notre intelligence.

Une des manières d’apprendre à être attentif à cette voix intérieure, ce murmure doux et léger, est la méditation de l’Écriture. Comme le dit Abraham dans la parabole racontée par Jésus (Lc 16.31), il ne sert à rien de s’attendre à des directives surnaturelles de la part de Dieu, si l’on ne se met même pas à l’écoute de sa Parole écrite. Willard conseille alors une pratique régulière de la lectio divina (voir mon article sur cet outil de méditation biblique ici). L’objectif principal n’étant pas d’accumuler des connaissances sur la Bible ou même sur Dieu, mais de développer notre relation avec lui, de le rencontrer dans le texte, et de vivre ce que le passage médité enseigne.

Ne vous attendez donc pas à recevoir sans cesse des instructions de la part de Dieu. Le Seigneur veut bien plus pour vous. Il veut une relation d’amitié, dans laquelle vous devenez vraiment responsable et mature, grâce à l’Esprit qui renouvelle votre intelligence (cela implique d’être capable d’écouter lorsque Dieu donne, de temps à autre, des directives claires).

Même si il ne nous délivre pas un message à la minute, Dieu souhaite être en union permanente avec nous. Cherchons donc à développer et cultiver cet espace d’écoute intérieure dont parle Willard. Par la méditation de l’Écriture, et par une attention particulière à ce que Dieu éclaire dans notre âme.

Pour aller plus loin

Dallas Willard, Entendre la voix de Dieu. Comment développer une relation de dialogue avec Dieu, Charols, Excelsis, 2016.

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail