1 mois 1 idée : Édifier et évangéliser lors des “week-ends Impact”

1 mois 1 idée : Édifier et évangéliser lors des “week-ends Impact”
Joachim Brunel

Nouvelle année et nouvelles résolutions, mais on garde aussi nos bonnes habitudes ! Nous continuons notre série « 1 mois 1 idée » sur Point-Théo. Une série pour découvrir une idée originale sur la manière dont une Église en France témoigne du Christ. Episode 3 : l’Église évangélique M de Valence et ses “week-ends Impact”, présentés par Joachim Brunel.

Il est 11h15, vous pénétrez dans une salle chaleureuse, vous êtes accueillis, les lumières s’allument, le groupe de louange commence son premier chant, vous voici à un culte Impact de l’Église M. L’Église de Valence dans la Drôme est membre de l’Union des Églises Évangéliques Libres (UEEL) et accueille chaque dimanche plus de cinq cents personnes. Elle a pour vision et vocation d’être une Eglise saine et missionnaire, de manifester la présence du Christ au sein de son enseignement, de son service et de son témoignage. Et pour ce faire, l’Eglise s’appuie sur différentes dimensions pour exprimer cette volonté d’être saine et missionnaire : une dimension individuelle dans la vie de chaque jour, de petits groupes et une dimension communautaire. C’est à cette dernière dimension que nous allons nous intéresser et plus particulièrement à une activité mise en place chaque mois dans l’Église : les week-ends Impact.

Les week-ends Impact : kézako ?

Depuis quelques années, chaque troisième week-end du mois est un week-end Impact. Ces week-ends sont « des weekends “portes-ouvertes” lors desquels chacun est invité et peut aussi inviter ses amis. ». L’idée est de permettre à chacun de découvrir l’Église par la louange, des concerts, des sketchs, des témoignages, et des messages sur des thèmes qui concernent chacune des personnes présentes. Il existe de multiples portes d’entrée possibles et c’est ce qui rend ces week-ends particuliers.

Mais comment ça se passe dans les faits ? Ces week-ends sont organisés de la manière suivante : une soirée louange le samedi soir, puis les trois cultes habituels de la communauté le dimanche (un à 9h30, un à 11h15 et le dernier à 17h30). Un repas est proposé après le deuxième culte pour vivre la communion fraternelle et apprendre à connaître les différentes personnes présentes. Ces week-ends ont généralement une thématique qui fait office de fil rouge sur l’année. Par exemple, l’année scolaire 2017-2018 avait pour fil conducteur le fruit de l’Esprit de Galates 5.22. A chaque week-end Impact, une partie de ce fruit était développé telle que la bonté ou la maitrise de soi, etc.  

Dans le même temps que celui du culte, les enfants ont la possibilité de participer à Impact Kids, il s’agit d’un moment différent que ce qu’ils peuvent avoir les autres dimanches. L’équipe qui s’occupe d’eux leur prépare un programme spécifique.

C’est aussi lors de ces week-ends que l’Église reçoit parfois des invités. Lors de l’année 2017-2018, Rolland Giraud, Samuel Olivier et David Reinhardt ont, par exemple, participé à ces week-ends en apportant des témoignages, un message, un concert, ou en apportant le message le dimanche pendant le culte.

Comme vous pouvez l’imaginer, les cultes ont une forme différente des autres cultes. Il s’agit tout d’abord des seuls dimanches du mois où il n’y a pas de Sainte Cène. Le but étant d’accueillir au sein de l’Église des personnes nouvelles personnes, celle-ci risquerait de créer une distance vis-à-vis de ces personnes. La trame du culte est, elle aussi, modifiée.  Plutôt que de suivre une liturgie traditionnelle, le culte suit un enchaînement simplifié : louange – prédication – vie de l’église.

Les week-ends Impact : en quoi est-ce intéressant pour l’ Église ?

Les week-ends Impact ont différents objectifs qui apportent une vision de l’Église locale dans une dynamique. Le premier de ces objectifs est intéressant du point de vue de l’Église missionnelle : l’Église vit son témoignage et son rôle chaque jour en étant ouverte vers les autres. Ces week-ends sont des moyens d’évangélisation, ils permettent d’avoir plusieurs portent d’entrée pour découvrir l’Église soit par un concert, soit par une soirée thématique, soit par du théâtre.

J’ai pu inviter des amis, dont une qui a été touchée et qui chemine aujourd’hui avec Jésus.

Églantine, membre de l’Église M.

Ces week-ends sont aussi une occasion de rendre l’Église active de multiples manières. Il pousse chacun des participants habituels au culte à inviter leurs amis. Églantine, membre de l’Église, témoigne : « J’ai pu a plusieurs reprises inviter des amis dont une qui a été touchée et qui chemine aujourd’hui avec Jésus. ». Le fait de pouvoir inviter librement nos amis pour ces week-ends est un vrai encouragement à ne pas vivre l’Église seulement le dimanche mais de le faire chaque jour, dans notre train-train quotidien.

Une dynamique d’Église est née de la forme des cultes Impact.

Cette habitude étant prise, elle ne va plus se limiter seulement aux dimanches des week-ends Impact. Chaque semaine, des personnes vont être amenées à inviter leurs amis au culte. Une dynamique d’Église est née de la forme des cultes Impact. En effet, tout en gardant la Sainte-Cène, les trois autres cultes du mois ont été impactés dans leur forme, pour ressembler de plus en plus à ce qui est proposé lors de ces week-ends. Le culte est devenu adapté à chacun en étant un lieu d’évangélisation pour les visiteurs qui découvrent l’Église, mais aussi d’édification pour les membres.

Les cultes Impact ont permis aux jeunes de pouvoir exprimer leurs talents pour l’Église.

Enfin, ces cultes sont des lieux d’expression des dons et des différents ministères. Ils permettent à des personnes qui ne le pourraient pas d’exprimer leurs dons au service de la communauté. Une place est laissée au théâtre et à la danse. Lors de ces deux dernières années, deux week-ends Impact ont été animés par le groupe de jeune de l’Église. Ils ont permis aux jeunes de pouvoir exprimer leurs talents pour l’Église. En ce qui me concerne j’ai pu la première année être impliqué au sein de l’équipe louange du week-end et gérer le leadership du temps de louange pendant le culte. Puis lors de la deuxième édition, j’ai participé à la prédication du culte. Cet engagement dans la première édition a été un déclic dans mon désir de me former… et d’entamer des études de théologie.

Ainsi, ces cultes sont des moments importants ; à la fois pour les personnes qui viennent pour la première fois à l’Église et pour celles qui y sont déjà engagées. Nous pouvons continuer à nous interroger sur la manière de conserver cet équilibre qui existe au sein de l’Église pour que celle-ci reste accessible à tous, tout en étant un lieu d’édification pour ses membres. N’y-a-t-il pas un risque que cette édification ne soit délaissée à l’avantage de cultes uniquement d’évangélisation ? Cela ne semble pas être la direction choisie par l’Église M à travers ces weekends Impact.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail