Évangile et septième art

Évangile et septième art

La meilleure façon de découvrir la vie de Jésus est de se plonger dans les évangiles. Un film ne remplace pas la lecture de la Bible, doit-on pour autant ignorer les adaptations des évangiles à l’écran ? Petit tour d’horizon de quatre adaptations marquantes, qui sont autant de façon de façons de s’imaginer les scènes décrites dans les évangiles

Jésus de Nazareth de Franco Zeffirelli (1977) – La grande fresque biblique

Il s’agit d’une mini-série de quatre films d’une heure trente. C’est bien réalisé, dans un style épique rappelant les grandes fresques bibliques portées au cinéma. La qualité de production n’a rien à envier à un film comme Les Dix Commandements, référence quand on parle d’épopée biblique au cinéma.

Le casting est impressionnant : Ian Holm, Christopher Plummer, Anthony Quinn, Claudia Cardinale, Peter Ustinov. Cependant la palme revient à l’acteur portant la lourde tâche d’incarner Jésus, Robert Powell, qui livre une très belle composition.

Le contenu est complet et emprunte à tous les évangiles, offrant un panorama de la vie de Jésus, de l’annonce de sa naissance à sa résurrection. A noter que pour des besoins de raccord, il y a certaines inexactitudes, par exemple le discours du sermon sur la montagne est prononcé par Jésus dans le temple de Jérusalem. Ces quelques libertés avec le déroulé des évangiles n’efface pas l’efficacité de l’œuvre, à l’origine une commande du Pape Paul VI pour créer un renouveau dans la foi.

Jésus de Peter Sykes et John Krish (1979) – L’évangile de Luc sans sucre ajouté

Ce film est un outil d’évangélisation très bien construit. Il n’y a pas d’ajout par rapport au texte de l’évangile, hormis de très rares liaisons. Le parti pris a été d’adapter l’évangile selon Luc, et rien que l’évangile selon Luc. La production est bonne, les moyens ont été mis pour reconstituer fidèlement la Palestine du temps de Jésus.

Il n’y a pas d’acteurs vedettes dans cette production, cependant tout le monde s’en sort honorablement. Éviter de mettre en scène des grandes vedettes évite sans doute d’avoir affaire à des querelles d’ego durant le tournage.

Ce projet est fait pour faire découvrir l’évangile. On peut le regarder gratuitement en Haute Définition sur le site du projet Le site est très bien fait, vous pouvez commander un DVD gratuitement pour la vidéothèque de votre Église.

L’évangile selon Saint Matthieu de Pier Paolo Pasolini (1963) – Théâtral

De même que le Jésus de 1979, ce film est très fidèle au texte de l’évangile et se concentre sur un seul récit, celui de Matthieu. Il n’y a aucun acteur professionnel au casting, une des originalités de cette version est que la personne choisie pour interpréter Jésus casse un peu le code de l’allure habituelle que nous imaginons du Seigneur. Pas de longs cheveux ni de barbe fournie pour le Jésus de Pasolini ! L’acteur inconnu du grand public qui interprète Jésus est remarquable, la performance s’apprécie en version originale sous-titrée.

Par certains aspects ce film fait penser à du théâtre filmé d’un point de vue de la réalisation, sans doute un public plus jeune préfèrera le film de 1979, plus moderne visuellement. L’absence de version française audio est aussi souvent un frein pour un jeune public.

La Passion du Christ de Mel Gibson (2004) – Le choc de limage

Le film se concentre sur les dernières heures de la vie du Christ, du jardin de Gethsémané à la résurrection en passant par le procès et le chemin de croix. Le tout est entrecoupé de flash-back sur certains événements clés du ministère de Jésus. Le film ne laisse pas insensible, les scènes de supplice sont intenses. Un peu trop intenses peut-être, certains diront non sans raison que la violence par son réalisme tourne parfois au voyeurisme morbide.

Mel Gibson pousse le réalisme en ne proposant aucun doublage, la seule version audio est celle d’origine, dans les langues antiques. Il a donc fallu que Jim Caviezel, l’acteur qui incarne Jésus, apprenne à prononcer (avec plus ou moins de succès selon les avis) l’araméen.

À noter que Jim Caviezel interprète l’évangéliste Luc dans le film de 2018 Paul, Apôtre du Christ.

Quel intérêt pour les films sur l’Évangile ?

Devant cette variété de films, se pose la question de l’intérêt, au-delà de la considération du simple divertissement. Certains films sont entièrement fondés sur un évangile sans ajout narratif et peuvent être envisagés comme un « livre vidéo » permettant de voir l’évangile plutôt que de la lire. Comme il a été évoqué en début d’article cela ne remplace pas la lecture quotidienne de la Bible, cela permet simplement de se remémorer un évangile de façon ludique, en un temps limité.

Ces quatre films sont confessants, à savoir qu’ils sont réalisés en vue d’apporter un témoignage favorable de l’évangile (parfois de façon un peu « musclée » avec la Passion du Christ).  Ce sont des productions de qualité qui reconnaissent la force des miracles de notre Seigneur et l’impact du témoignage évangélique.

D’autres productions sont à prendre avec plus de pincettes, comme La dernière tentation du Christ de Martin Scorsese (1988) ou encore la comédie musicale Jésus-Christ Superstar (1971).

Les quatre films mentionnés dans cet article se trouvent facilement de façon légale, en DVD ou en streaming, l’occasion de passer un bon moment et pourquoi pas, de faire découvrir l’Évangile à une personne en recherche.

Bon film !

1 Commentaire

  • Pepscafe 19 décembre 2020 9 h 59 min

    Bonjour !

    Merci, Julien, pour cette sélection de films.
    Je me souviens avoir vu la version de Ziffirelli lors de sa sortie et ai bien apprécié celle de Pasolini.
    Quant à l’adaptation de l’Evangile selon Luc, elle est en partie “pure sucre”, puisque le film ne suit pas complétement le déroulé de cet Evangile. L’on a même l’impression de voir, à certains moments, l’Evangile selon Marc, et la prière de Pierre, qui vient de renier Jésus, a été inventée et rajoutée au texte.
    Sinon, l’on peut rajouter à votre belle liste “les 4 Evangiles les films” que vous connaissez certainement : La singularité de ce concept unique est cette agréable voix off, qui narre tout le texte de l’évangile de bout en bout, sans rien rajouter, ni retrancher, dans la version « Parole de vie », au style direct et simple. Le texte biblique intégral est magnifié par de superbes images et des prises de vues assez originales et un rythme relativement rapide (mais permettant la contemplation), en comparaison des films traditionnels sur Jésus. Les décors du Maroc, lieu du tournage, sont magnifiques et le jeu des acteurs, que l’on imagine pour la plupart être des autochtones, semble naturellement professionnel. J’aime aussi beaucoup le personnage de Jésus joué par Selva Rasalingam, un acteur britannique, qui ne ressemble en rien à ceux stéréotypés d’Hollywood.
    En savoir plus ici https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2019/05/22/les-4-evangiles-les-films-et-si-lon-regardait-ensemble-la-bible-mot-a-mot/

    Bien fraternellement et joyeux Noël !
    Pep’s

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail