La parabole des « talents » : ce qu’elle dit, ce qu’elle ne dit pas

La parabole des « talents » : ce qu’elle dit, ce qu’elle ne dit pas
Christophe Paya

La parabole des « talents » est bien connue. Un maître qui part en voyage, des serviteurs qui se voient confier la gérance de ses biens. Les deux premiers font fructifier l’argent, le troisième l’enterre. Les deux premiers continuent leur chemin dans la confiance et la joie du maître, le troisième est jeté dehors. Mais au-delà de ce résumé, la parabole mérite une lecture attentive : Matthieu 25.14-30. Par sa longueur, cette parabole sur le royaume des cieux ou la venue du Seigneur soulève chez le lecteur diverses questions, auxquelles elle apporte – ou non – des réponses.

Que peut-on dire sur l’avenir ?

Nous sommes tous capables d’imaginer un événement futur décisif et apocalyptique. Le cinéma et l’actualité nous donnent toute la matière nécessaire. Et le Nouveau Testament, d’ailleurs, n’est pas en reste, lorsqu’il évoque des « signes extraordinaires » (Mt 24.24), un « éclair qui jaillit du levant et illumine tout jusqu’au couchant » (Mt 24.27), le soleil qui s’obscurcit, la lune qui perd sa clarté (Mt 24.29), etc. Ces images peuvent nourrir notre imagination, mais l’avenir n’en demeure pas moins quelque chose d’inaccessible.

On peut parler de l’avenir, mais il faut des comparaisons.

Le simple usage de paraboles pour parler de la venue du Seigneur nous dit quelque chose d’important. On peut parler de l’avenir, mais il faut des comparaisons. Certains pensent savoir précisément… mais Jésus dit : ce sera comme ceci, ce sera comme cela, ce qui est une façon de nous dire : vous ne pouvez pas le savoir précisément, mais il y a quand même des choses importantes que vous devez savoir.

La vie est-elle injuste ?

Le désir d’égalité de la société d’aujourd’hui peut nous amener à nous poser la question de la justice : était-il juste que les trois serviteurs ne reçoivent pas la même somme d’argent au départ. Et, en personnalisant : pourquoi suis-je, moi, celui ou celle qui n’a reçu qu’un seul lingot ? Pourquoi est-ce que je ne suis pas autrement ? Pourquoi n’ai-je pas ce qu’elle a ou ce qu’il a ? Certains ont plus que d’autres, c’est évident : plus de facilités pour apprendre, plus d’énergie, plus de talents naturels, plus de personnalité, plus de look, plus de courage, plus de foi, etc.

Le maître prend en compte chacun dans ce qu’il est.

Ce n’est pas vraiment le sujet de la parabole, mais il faut reconnaître que c’est quand même une question que les lecteurs peuvent se poser. Et la parabole ne refuse pas la question : le maître prend en compte chacun dans ce qu’il est. Il ne demande pas à ses serviteurs de faire ce qu’ils ne peuvent pas faire. Les différences de « talents » entre les personnages de la parabole n’introduisent en aucune manière des différences de statut entre eux. Le maître regarde les deux premiers serviteurs exactement de la même manière, et leur dit exactement les mêmes paroles.

Dieu est-il un maître dur ?

Cette inquiétude rejoint la question du portrait du maître : en admettant qu’on puisse comparer le maître de la parabole à Dieu ou au Seigneur, est-il ce maître « dur, qui moissonne là où il n’a rien semé », et qui terrorise ses serviteurs ? Le troisième serviteur a, au mieux, une vision très imparfaite du maître. Mais à mon avis, sa vision est tout simplement fausse. Le maître des deux premiers serviteurs n’est pas dur, mais confiant et joyeux ; et il donne en abondance. De plus, le Père céleste des chapitres qui précèdent n’est pas présenté comme « dur » et Jésus peut difficilement correspondre au portrait du maître du troisième serviteur.

Le maître des deux premiers serviteurs n’est pas dur, mais confiant et joyeux.

La parabole ne doit pas être réduite à une réflexion générale sur Dieu et l’être humain… Le lecteur la lit sur la base de ce qu’il a déjà appris de Dieu et de Jésus dans l’évangile, ajouté à son expérience et à sa connaissance. On pourrait donc tout simplement renvoyer le troisième serviteur à la lecture de tous les chapitres qui précèdent et qui construisent le portrait du Père céleste et du Fils : un portrait qui ne paralyse de peur ni les malades ni les pécheurs ni les disciples, qui s’approchent pour recevoir guérison, salut ou compréhension.

La vie est-elle une longue année de terminale ?

La parabole évoque un bilan, et d’autres textes bibliques aussi, mais les deux premiers serviteurs ne semblent ni passer un examen ni passer en jugement. Ils étaient dans la confiance, ils sont confortés dans la confiance. Oui, la notion de responsabilité devant Dieu fait partie du message biblique. Mais elle s’inscrit dans le cadre de l’engagement de foi et de la relation avec le Seigneur ; elle nécessite à coup sûr des exhortations (c’est pour cela que la prédication est indispensable) ; mais elle ne nécessite pas l’usage du levier de la peur. Dieu n’est pas un grand examinateur. Et ce qui est devant nous n’est pas un grand oral.

Pour éviter cette conception de la vie, il est utile de faire appel au contexte. L’avenir dont parle cette parabole commence dès le temps de Jésus. Les scribes et les pharisiens, les responsables religieux de son temps, sont bel et bien le troisième serviteur, inutile et même mauvais, qui ont fait un mauvais usage de la générosité de Dieu à l’égard d’Israël, ce qui va leur valoir le jugement. Et les deux premiers serviteurs sont d’abord ceux et celles, Juifs ou non-Juifs, qui s’approchent de Jésus, reçoivent sa parole, entrent dans le royaume, « petits », disciples, hommes, femmes, enfants, qui font le choix de la confiance. C’est à leur suite que s’inscrivent d’autres « premier et deuxième serviteurs ». Cette indication de lecture peut nous éviter de transformer la vie chrétienne, à la lumière de cette parabole, en une très longue année de terminale, avec le bac au bout de la course.

L’image de la vie qu’a développé le troisième serviteur conduit à la peur et à la paralysie.

L’image de la vie qu’a développé le troisième serviteur conduit à la peur et à la paralysie. Or la peur est mauvaise conseillère. Elle conduit à de mauvaises décisions ou à des décisions prises pour de mauvaises raisons. L’Évangile, au contraire, donne envie de se lever et d’avancer.

Qu’est-ce que le Seigneur attend de nous ?

Les talents, qui sont en fait des lingots, ou des sacs de pièces d’or, symbolisent-il les dons et les capacités de chacun ? La parabole n’est pas aussi précise. Ce sont peut-être plus généralement les responsabilités que le Seigneur nous donne à la lumière de nos capacités et de nos possibilités.

Le mot-clé est fidélité, écrit Michael Green (The Message of Matthew). Cette fidélité est active et elle nous amène à nous demander : comment pouvons-nous servir le Seigneur ? Ce service s’inscrit dans le cadre de l’accomplissement de la mission de l’Église et des chrétiens : aimer le prochain, témoigner de l’Évangile (voir Mt 10). Il ne faut pas négliger que c’est à « ses serviteurs » que le maître confie ses biens. Il y a aussi responsabilité collective. Il faut donc aussi se demander ce que le Seigneur attend de son Église. Que faisons-nous de l’Évangile, du royaume, de la vie de l’Esprit ?

2 Commentaires

  • Jr Crevecoeur 14 août 2020 1 h 43 min

    JE SUIS D’ACCORD DE LA FACON DONT TRAITE LE SUJET CHAQUE CHRETIEN APRES LE BAPTEME DOIVE SE POSER LA QUESTNON COMMENT DOIVE METTRE LA COMPETANCE DANS L’OEUVRE DU SEGNEUR””’MERCIPOUR CE BEAU SUJET””

  • michel 19 août 2020 13 h 31 min

    De nos jours même le bac ne fait plus très peur !!!

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail