La symbolique de l’évangile de Marc

La symbolique de l’évangile de Marc

Alors que, parmi les quatre évangiles, celui de Marc est souvent considéré comme le moins « abouti » sur le plan littéraire, il pourrait recéler une richesse symbolique insoupçonnée derrière son caractère à première vue assez « rugueux ».

Il est vrai que Marc consacre relativement peu de place au discours développé, privilégiant des récits à la cadence saccadée, marqués par des transitions soudaines qui contribuent à donner l’impression d’un récit rapide et rugueux. La majorité des spécialistes suppose que Marc a été utilisé par Matthieu et Luc comme source et que ces derniers ont chacun « lissé » son récit en vue d’une composition plus sophistiquée [1], tout en rapportant par ailleurs plus de discours du Maître. Déjà au deuxième siècle avant Jésus-Christ, Papias pouvait écrire que Marc avait composé son récit « sans ordre » sur la base du témoignage de Pierre [2].

Si on peut admettre que le récit de Marc est un peu moins “soigné” que celui des autres évangélistes, trois exemples nous invitent néanmoins à y découvrir une grande richesse symbolique.

Un aveuglement bien moins visible…

Le premier concerne un curieux épisode aux versets 22 à 26 du chapitre 8. Jésus semble devoir s’y reprendre à deux fois pour guérir un homme aveugle. Après un premier geste, Jésus « lui demanda s’il voyait quelque chose » (v. 23) – première surprise que cette apparente « vérification » du Seigneur ! –  et l’homme répond qu’il voit « les gens… comme des arbres, et ils marchent ». (v. 24) Serait-on là face à un miracle raté ? Jésus pose à nouveau les mains sur les yeux de l’aveugle et cette fois, « quand l’aveugle regarda fixement, il fut guéri et vit tout distinctement. » (v. 25)

Cet épisode étonnant prend toutefois une dimension nouvelle lorsqu’on prend conscience qu’il se situe dans une section où Marc souligne la perception incomplète que les disciples ont de l’identité et de l’œuvre de Jésus. Pierre reconnaît ce dernier comme le Messie (8.29) mais dans la foulée, il rejette l’annonce de la Croix (v. 33). Il voit « un peu » qui est Jésus… mais pas encore distinctement !

[Cet épisode] se situe dans une section où Marc souligne la perception incomplète que les disciples ont de l’identité et de l’œuvre de Jésus

Or, au fil des chapitres 9 et 10, l’identité de Jésus continue d’être révélée : il est glorifié par le Père (v. 2-8) ; il est venu vaincre le mal (v. 14-31) ; il est venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup » (10.45). Il est frappant d’ailleurs que cette section se referme avec une autre guérison d’un aveugle, cette fois immédiate (10.52). Dans le récit de Marc, mais plus encore dans la souveraineté de Dieu sur les événements, la guérison « en deux temps » illustre de manière saisissante le besoin des disciples d’une vision plus juste et plus complète de la messianité de Jésus.

Une descente vers le silence de l’abîme…

Le deuxième exemple se situe dans la même section. Il concerne la succession de l’épisode de la transfiguration (9.2-13) et de celui de la guérison du jeune garçon en proie à un « esprit muet » (9.14-29). Il est frappant de voir comment, dans cette séquence, Jésus est révélé comme le Fils de Dieu au sommet de la montagne, puis il descend de ce lieu symbolique de la présence du Père pour rencontrer et délivrer une humanité accablée par les puissances du mal. On notera que, face à la foule, Jésus réagit très fortement face à l’incrédulité qui les garde comme enchainés. (v.19) Tous sont d’ailleurs impuissants face au démon (v. 18). Jésus fait-il l’expérience d’un avant-goût de la « coupe » amère qu’il devra bientôt « boire » en allant à la croix ? Toutefois, dans ce contexte sombre, la confession d’incrédulité du père de l’enfant, et son appel poignant à l’intervention de Jésus, vont mettre en évidence la possibilité de la foi en Jésus au cœur de l’incrédulité. Ainsi, l’évangile est comme figuré subtilement dans cet épisode : incarnation, dénonciation du mal, confession, délivrance à saisir par la foi en Jésus.

L’évangile est comme figuré subtilement dans cet épisode : incarnation, dénonciation du mal, confession, délivrance à saisir par la foi en Jésus

Est-ce un hasard si le récit se conclut par une nouvelle annonce de la croix et de la résurrection ? (9.31)

Une religion desséchée et desséchante…

Le troisième exemple que l’on peut citer nous emmène au chapitre 11. L’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem vient d’avoir eu lieu. Jésus se rend au temple pour « tout regarder autour de lui », nous dit Marc (11.11) avant de retourner à Béthanie. Le lendemain, Jésus retourne au temple où se déroulera la célèbre « purification » de ce dernier : il en chassera les vendeurs en reversant leurs tables, dénonçant le détournement de la vocation de la maison du Seigneur, devenue, entre autres, un lieu de commerce. (v. 15) Mais en chemin, nous apprend Marc, Jésus « eut faim » et, trouvant un figuier sans figues – « car ce n’était pas la saison ! » (v. 13), maudit l’arbre : « que plus jamais personne ne mange de ton fruit ! » (v. 14)

Le lendemain, en empruntant à nouveau le même trajet, les disciples de Jésus découvrent le figuier asséché. Jésus profite de l’occasion pour donner à ses disciples un enseignement sur l’efficacité de la foi (v. 22-23). Mais est-ce à cela que se résume le sens de la malédiction du figuier ? Et comment comprendre la malédiction de Jésus, reprochant à un arbre de ne pas porter son fruit alors même que ce n’est pas la saison ?

Comment comprendre la malédiction de Jésus, reprochant à un arbre de ne pas porter son fruit alors même que ce n’est pas la saison ?

Bien des commentateurs relèvent que la clé de cette énigme se trouve dans le surprenant va-et-vient entre le récit du temple et celui du figuier. La séquence est en effet la suivante : visite de « repérage » au temple (v. 11) – faim de Jésus et malédiction du figuier (v. 12-14) – « purification » du temple (v. 15-18) – découverte du figuier asséché (v. 20) Cette superposition permet de voir dans le figuier un symbole du temple, et plus largement du judaïsme institutionnel du temps de Jésus : il ne remplit plus sa vocation. Il ne porte plus de fruit !

Cette superposition permet de voir dans le figuier un symbole du temple, et plus largement du judaïsme institutionnel du temps de Jésus

On trouve là un écho de la prophétie d’Ésaïe 5, qui décrit de façon imagée la colère de Dieu face aux mauvais fruits produits par sa vigne. Ainsi, l’image donne une dimension poignante, et même « choquante », à l’action de Jésus dans le temple : plutôt qu’une purification, il s’agit d’un rejet. Comme Jésus le dira dans un tout autre contexte à la femme samaritaine, l’heure est venue où le temple physique n’a plus lieu d’être : Jésus est venu ouvrir une nouvelle ère où Dieu fait connaître sa présence en esprit et en vérité (Jean 4.21-23)

Plutôt qu’une purification, il s’agit d’un rejet.

Une richesse symbolique appuyée sur le texte

Le constat de cette richesse symbolique ne fournit évidemment pas de justification à des lectures allégoriques arbitraires, qui cherchent à déceler des sens ésotériques derrière l’évidence du texte. Il s’agit ici plutôt de reconnaître une richesse symbolique qui s’appuie sur le méta-récit biblique : des images bibliques se superposent pour trouver la plénitude de leur sens dans la personne et l’œuvre de Jésus.

Il s’agit ici de reconnaître une richesse symbolique qui s’appuie sur le méta-récit biblique

Nul doute que Jésus savait ce qu’il faisait en maudissant le figuier alors qu’il était en chemin vers le temple. Il n’y a guère de doute non plus que Marc a bien perçu ce lien discret mais riche de sens et a admirablement composé son récit pour le mettre en évidence.


[1] On trouve un bon résumé des arguments en faveur de l’antériorité de Marc dans CARSON, Donald et MOO, Douglas, Introduction au Nouveau Testament, traduit par Christophe PAYA, Charols, Excelsis, 2007, p. 72-79.

[2] Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, trad. G. BARDY, Sagesses chrétiennes, Paris, Cerf, 2003, p. 188-189

Voir aussi sur ce sujet L’évangile de Marc: quelques clés de lecture