Réhabiliter la honte et l’honneur ?

Réhabiliter la honte et l’honneur ?

La dénonciation du harcèlement sexuel à travers le mouvement #balancetonporc a remis sur le devant de la scène le thème de la honte. Alors qu’un silence complaisant a trop longtemps couvert les comportements abusifs, le hashtag a constitué un retournement de situation. Des femmes victimes de harcèlement sexuel ont retourné la honte subie très intimement en exposition publique du harceleur, devenant alors lui-même objet de la honte publique. Quelques noms célèbres dans la politique ou le cinéma sont aujourd’hui définitivement associés aux abus sexuels, et la carrière de l’un ou l’autre en a été arrêtée nette.

le hashtag #balancetonporc a constitué un retournement de situation

Certains y ont vu un « juste retour des choses » après des années d’impunité conciliante, d’autres se sont interrogé sur le danger d’un lynchage sans cadre permettant de garantir une vraie justice. Pour ma part, il m’a semblé intéressant, d’un point de vue chrétien, d’interroger cette notion de honte en regard de celle de péché, démarche stimulée par le fait que les deux termes (ou plutôt les deux champs sémantiques) sont associés à de nombreuses reprises en lien avec la justice divine.

La honte, pas seulement le « sentiment de honte »

La honte (comme la culpabilité) ne se réduit pas au « sentiment de honte », qui peut être vécu par le fautif exposé au déshonneur ou subi par sa victime. Ce sentiment peut d’ailleurs, dans certains cas, être un signal utile, indiquant quelque chose d’inapproprié. Le pire qui puisse arriver n’est-il pas de ne plus être capable de ressentir aucune honte ? Le sens de l’honneur est important pour l’être humain, il correspond au besoin de reconnaissance de sa personne et/ou de sa fonction. Il implique certains éléments de savoir-vivre – certes marqué par des codes culturels variables – que l’on peut désigner comme de la « pudeur ». Il s’agit de la capacité à percevoir et préserver une juste distance avec les autres, une distance qui respecte l’intégrité de chacun et l’harmonie du groupe.

Le pire qui puisse arriver n’est-il pas de ne plus être capable de ressentir aucune honte ?

La honte touche à l’intégrité, elle signale un avilissement, une dégradation qui touche la personne même, dans son être ou sa fonction, et conduit à la mise à l’écart, à l’exclusion. Elle se distingue bien de la culpabilité, qui relève quant à elle d’un mal-faire, d’une action mauvaise. Mais, si elle concerne la personne elle-même, elle dépasse en général le seul sentiment intérieur en la situant d’emblée dans son rapport aux autres et à la communauté dans son ensemble (famille, ville, nation etc).

C’est un lieu commun de désigner les cultures occidentales comme des cultures marquées par la culpabilité (le jugement s’opérant plutôt sur les actes), alors que d’autres culture seraient plus marquées par la honte (le jugement portant sur la détérioration d’une harmonie relationnelle). La théologie dite « occidentale » (dans toute sa diversité), porte les traits de cet accent. Elle a largement élaboré la notion de péché autour de la faute et de la culpabilité. Elle est d’ailleurs aujourd’hui bien souvent décriée pour cela dans un mouvement (que je crois excessif) de réaction. Il faut reconnaître que la notion de justice, dans l’Écriture, inclut mais déborde la question de la culpabilité, et en particulier de la culpabilité individuelle. Le péché est aussi rupture d’harmonie, dégradation des relations, et même avilissement des personnes. L’honneur, comme cet inverse de la honte, fait aussi partie de la justice telle que l’Écriture la révèle.

L’honneur, comme cet inverse de la honte, fait aussi partie de la justice telle que l’Écriture la révèle.

L’apôtre Paul, posant la condition pécheresse des païens comme point de départ visiblement partagé avec ses lecteurs, recourt largement au vocabulaire de l’honneur et de la honte. Le pécheur, refusant de donner gloire à Dieu, et livré par Dieu à son propre péché, finit par se déshonorer lui-même (Rm 1.24 ; 26). Le « religieux », le Juif qui connaît la loi de Dieu et se pense en mesure de l’enseigner, mais qui la transgresse néanmoins, porte quant à lui atteinte à l’honneur même de Dieu (2.23). Mais si la condition pécheresse touche le juif comme le grec, la vie éternelle est promise à ceux qui persévèrent dans le bien et qui recherchent l’honneur, la gloire et l’incorruptibilité (1.7 ; cf 1.10). Les notions d’honneur et de déshonneur sont aussi associées à la rétribution et à la justice divines.

Le pécheur, refusant de donner gloire à Dieu, et livré par Dieu à son propre péché, finit par se déshonorer lui-même

La honte dépasse (mais peut inclure) le sentiment personnel et qualifie une situation relationnelle, une exposition qui met en lumière un avilissement, une dégradation, une « perte de valeur » qui touche au plus profond. Cette formule choquera sûrement, à la lumière de l’affirmation contemporaine (et biblique, au demeurant) de l’inestimable valeur intrinsèque de chaque humain. Néanmoins, cette affirmation ne doit pas cacher ce que le péché, tragiquement et dans la variété de ses manifestations, comporte d’autodestructeur. Ni le fait que le péché n’est pas simplement une affaire « entre Dieu et moi », mais qu’elle affecte beaucoup plus largement la structure et la qualité de nos rapports qui nous constituent (partiellement) dans notre humanité.

Des notions très présentes dans l’Écriture

L’importance des notions d’honneur, de déshonneur et de honte ne doit pas être sous-estimée. On la retrouve dans le texte biblique à de nombreuses reprises. C’est déjà (entre autres) la honte que provoque la première transgression devant la découverte inattendue de la nudité (Gn 3.7). Le prophète Ézékiel annonce que la conséquence de la prolifération du péché dans le peuple (meurtre, injustice, extorsion) sera l’exposition publique de la nudité, rendant la honte visible de tous (Ez 16). On peut aussi se souvenir des prières du psalmiste, demandant à ne pas subir la honte. Même dans un texte prophétique souvent cité ou évoqué dans le Nouveau Testament, et cher aux évangéliques, le Serviteur Souffrant d’Ésaïe 53 est décrit non seulement comme celui qui porte le péché du peuple, mais comme celui qui est méprisé, ou déshonoré (LXX) et humilié, exposé (53.3). Ne faut-il pas penser que ce déshonneur appartient aussi à ce que le Serviteur a porté pour et à la place du peuple infidèle ? Le schème classique de la « substitution » (pénale) ne relève pas du juridisme étroit issu de la culture européenne médiévale, mais s’inscrit dans le terreau bien plus riche de l’alliance qui est le contexte biblique où ce motif reçoit une consistance intégrant les dimensions relationnelles propres à l’alliance. Or, selon le Nouveau Testament, ce Serviteur Souffrant a été exalté, élevé, et son honneur suprême manifesté par sa Seigneurie, dont la gloire rejaillit sur ses sujets.

le Serviteur Souffrant d’Ésaïe 53 est décrit non seulement comme celui qui porte le péché du peuple, mais comme celui qui est méprisé, ou déshonoré et humilié, exposé

Sujets, et frères, faudrait-il préciser, fils et filles du Père. Le thème biblique de l’adoption ne doit pas être lu à la lumière de la compréhension contemporaine de l’amour, avec ses accents très « affectueux » propre à nos cultures. L’adoption, dans le Nouveau Testament, est fortement associé à la question du statut de fils. C’est la dignité de fils et de filles qui nous est conférée à la place de la condition d’esclave (Rm 8 ; Ga 4). La justice de Dieu ne doit pas être associée uniquement à l’acquittement que nous offre Christ comme chef d’alliance, mais intègre aussi la dignité d’un nouveau statut pour être accueilli dans la « famille de Dieu » .

La justice de Dieu ne doit pas être associée uniquement à l’acquittement que nous offre Christ comme chef d’alliance, mais intègre aussi la dignité d’un nouveau statut.

Il n’est probablement pas inutile de redécouvrir, non seulement en missiologie et en pastorale, mais en théologie, la pertinence (et le drame) de la honte pour nous ressaisir aussi pleinement des promesses de gloire et d’honneur de l’Évangile…

Pour aller plus loin (ou plutôt pour commencer):

Pour une toute première approche du sujet (sous l’aspect missiologique), le petit livre de Jayson Georges L’ Évangile en 3D (Timè Press, 2016) est très stimulant.

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail