Un regard chrétien sur le cinéma

Un regard chrétien sur le cinéma

Peut-on parler d’un regard spécifiquement chrétien sur le cinéma ? Depuis que le cinéma existe, ou du moins depuis qu’il a marqué significativement de son empreinte la culture humaine, les chrétiens ont proposé des réponses théologiques ou une lecture théologique du cinéma. Au fil de l’histoire, différentes postures se sont dégagées, allant du rejet pur et simple jusqu’à une démarche d’appropriation, certains assumant même la possibilité d’une expérience spirituelle significative à travers le visionnage d’un film. Si peu de chrétiens aujourd’hui sont dans le rejet par principe, il arrive que des films, dont le sujet ou l’histoire sont considérés comme moralement répréhensibles ou théologiquement condamnables, soient boycottés, avec des pétitions à l’appui, au nom de « valeurs chrétiennes ». Et il n’est pas rare, parmi les protestants évangéliques, de voir se manifester une prudence voire une méfiance de principe à l’égard des films, sauf, évidemment, des films « chrétiens[1] ».

Or il me semble indispensable, en tant que chrétien, d’entrer en dialogue avec les films et les séries (il faut les mentionner, avec le développement exponentiel des plateformes de streaming : elles participent de la même démarche artistique), au nom d’un double impératif missiologique et théologique. Le cinéma et les séries sont en effet les incontournables de la culture populaire aujourd’hui (avec la musique et les jeux vidéo). Impossible donc de ne pas s’y intéresser, si nous voulons être en phase avec nos contemporains, et si nous sommes soucieux de vivre et transmettre l’Évangile de façon culturellement pertinente.

Un impératif théologique

L’impératif théologique d’un dialogue avec la culture en général, et du cinéma en particulier, repose d’abord sur une théologie de la création. Un théologien catholique parlerait ici du caractère sacramentel de la création, ce qu’on hésiterait sans doute à faire d’un point de vue protestant. Mais nous pourrions parler de révélation générale et de grâce commune. Il ne me paraît pas abusif de considérer l’art comme une expression de l’image de Dieu en l’homme, et par là même un vecteur possible de révélation du transcendant. On peut mentionner ici les généalogies de Genèse 4.17-22 qui évoquent, parmi les descendants de Caïn, le développement des cités, de l’agriculture, des arts et de la technologie. Dieu est toujours à l’œuvre dans sa création, à travers la culture des humains, créés à son image. Pourquoi pas le cinéma ?

L’impératif théologique d’un dialogue avec la culture en général, et du cinéma en particulier, repose d’abord sur une théologie de la création.

Un dialogue avec le cinéma peut donc revêtir un intérêt théologique. Ceci d’autant plus que la théologie chrétienne a, par nature, une dimension narrative forte, qui est une dimension centrale dans le cinéma. Le Nouveau Testament insiste sur la réalité historique de la mort et la résurrection du Christ, mais il insiste aussi sur sa réalité aujourd’hui, pour nous, dans notre expérience chrétienne. La théologie chrétienne repose sur un événement dont on est témoin, un récit. Et elle concerne l’application de ce récit à notre histoire. En cela, elle peut entrer en résonance avec la démarche cinématographique.

Un impératif missiologique

D’un point de vue missiologique, il me paraît incontournable, pour les chrétiens, de s’intéresser à la culture, et en particulier à la pop culture, dont le cinéma et les séries sont un aspect essentiel. C’est elle qui imprègne le quotidien des gens, qui reflète les préoccupations et les mentalités de l’époque. Si nous voulons être pertinent dans notre annonce de l’Évangile, nous devons apprendre à lire la culture populaire. Et la pop culture est une langue qui s’apprend en la pratiquant… On pourrait donc dire, avec un brin d’humour, que c’est presque un devoir pour le chrétien, dans une perspective missiologique et apologétique, de regarder des films et des séries !

Si nous voulons être pertinent dans notre annonce de l’Évangile, nous devons apprendre à lire la culture populaire.

Il nous faut surmonter nos craintes et nos méfiances évangéliques envers la culture « du monde », et résister à la tentation de se réfugier dans une contre-culture évangélique, avec sa musique « chrétienne » ou ses films « chrétiens »… au risque de nous couper de nos contemporains, et de ne pouvoir ni les comprendre ni utiliser un langage qu’ils pourront comprendre.

Pour une approche esthétique et expérientielle

Si le principe d’un dialogue avec la culture, et en particulier le cinéma, obéit à un double impératif théologique et missiologique, il faut, pour que ce dialogue soit fécond, accueillir le film tel qu’il se présente à nous et non à partir de nos présupposés théologiques ou éthiques, au risque de les projeter artificiellement sur le film.

Voir un film, c’est d’abord vivre une expérience, dans laquelle on s’identifie à tel ou tel personnage, on est touché par une scène ou une histoire qui entre en résonance avec notre expérience ou nos préoccupations. Il faut ensuite prendre du recul et réfléchir sur cette expérience, analyser le film. Mais d’abord en privilégiant une approche esthétique. Il s’agira, ensuite seulement, d’aller au-delà de l’expérience et de l’analyse, mais en les prenant tout de même en compte pour rendre justice au film lui-même et à l’expérience qu’il procure. On pourra alors chercher à nouer un dialogue entre le film et notre expérience chrétienne et/ou nos convictions de foi. Cela implique, bien-sûr, d’assumer qu’une œuvre d’art puisse être un vecteur de révélation de Dieu, en vertu de la révélation générale et de la grâce commune, et cela indépendamment même des intentions de l’artiste.

L’Esprit souffle où il veut… y compris dans les salles obscures !

[1] Je mets « chrétiens » entre guillemets parce qu’à mon avis les films chrétiens n’existent pas… Il y a des chrétiens qui font des films, parfois avec une intention explicite (et appuyée !) de transmettre un message chrétien ou perçu comme tel. Selon moi, le problème de ces films « chrétiens », c’est leur vision souvent utilitariste de l’art, en l’occurrence du cinéma. L’art ne se justifierait que s’il est utile à l’annonce de l’Évangile. Il faudrait donc, dans cette perspective discutable, que le message évangélique d’un film soit clair et explicite pour que le film se justifie d’un point de vue chrétien.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail