1 mois 1 idée : Assimiler la nourriture solide avec les cultes digestifs

1 mois 1 idée : Assimiler la nourriture solide avec les cultes digestifs
Nicolas Engel
Auteur:

Nous continuons notre série « 1 mois 1 idée » sur Point-Théo. Une série pour découvrir une idée originale sur la manière dont une Église en France témoigne du Christ. Episode 4 : l’Église évangélique les 3 épis de Pontivy et ses “cultes digestifs”, présentés par Nicolas Engel.

L’église les 3 épis

L’église des 3 épis a été implantée il y a une quinzaine d’années. Elle est aujourd’hui composée d’une soixantaine d’adultes et d’une vingtaine d’enfants venus de tous horizons (géographiques et ecclésiaux). Elle vit sa triple vocation (adorer Dieu, édifier les chrétiens, annoncer l’Evangile aux non-chrétiens) dans le centre de la Bretagne, entre Pontivy, Baud et Josselin.

Elle a défini ces dernières années des valeurs qui lui sont chères et qu’elles tentent de décliner dans tout ce qu’elle entreprend : la fidélité aux Ecritures, la clarté de sa communication (interne et externe), la pertinence, la simplicité et la qualité de ses actions.   

Il y a trois ans maintenant, nous avons testé plusieurs types de culte : certains nous ont convaincu, d’autres moins ! Nous vous présentons ici un concept qui nous a paru pertinent : les cultes digestifs…

La genèse : au commencement des cultes digestifs…

Depuis près de deux ans maintenant, nous vivons ponctuellement des cultes digestifs. Rassurez-vous, cela n’a rien à voir avec la qualité de notre chouchen !

Les cultes digestifs sont une tentative de réponse aux interrogations de l’équipe de prédication : nos prédications sont-elles comprises ? Sont-elles assimilées ? Comment s’en assurer, comment le mesurer ?

En mettant en place des cultes digestifs !

Concrètement, ça donne quoi ?

Depuis plusieurs années maintenant nous proposons des séries de prédication (Les rencontres de Jésus ; Vivre libre ; Les petits livres prophétiques, etc.), aux adultes comme aux enfants, avec un décalage d’une semaine, ce qui permet à l’équipe d’enseignement des enfants d’adapter les notes du prédicateur.

De temps en temps, au cours d’une série ou à la fin de celle-ci, nous proposons un culte digestif : un culte sans prédication (Est-ce encore un culte ?! Scandale 😉), mais avec un temps où tous ceux qui le souhaitent, petits et grands, peuvent témoigner de l’impact que les prédications précédentes ont pu avoir dans leur vie : une meilleure compréhension d’une vérité biblique, la transformation d’un comportement, une interpellation, un encouragement, une consolation, etc.

Ces témoignages sont la preuve vivante que la Parole de Dieu est aujourd’hui encore efficace, puissante ; ils rendent gloire à Dieu, édifient ceux qui les entendent et encouragent les prédicateurs dans leur service à haut-risque (« Mes amis, ne soyez pas nombreux à enseigner ; vous le savez : nous qui enseignons, nous serons jugés plus sévèrement » – Jacques 3.1).  

Au fil du temps nous avons affiné le concept : un résumé des prédications est envoyé dans la semaine qui précède le culte, accompagné des différentes applications proposées.

Le culte est ensuite généralement construit à partir de la trame suivante : 1) lecture du résumé de la première prédication et des applications qui en découlent ; 2) appel au témoignage (avec un rappel des « règles » : les témoignages doivent être brefs, en lien direct avec la prédication, apportés avec la conviction que Dieu nous y invite) ; 3) temps de silence ; 4) témoignages ; 5) chant ; et ainsi de suite… D’où l’intérêt de proposer ces cultes digestifs toutes les 4 ou 5 prédications pour ne pas les rendre… indigestes !

Ils ont dit…

« Ce concept, nouveau pour moi, a porté ses fruits : grâce à ses cultes digestifs et à la manifestation de l’Esprit de Dieu, j’ai réussi à vaincre ma timidité et à témoigner pour la première fois de ma rencontre avec Jésus, de ce moment où Jésus est « entré chez moi » pour définitivement changer ma vie ! (Cf. Série Les rencontres de Jésus, épisode Jésus rencontre Zachée) » – Lolo J., membre de l’Église 3 épis.

« Les cultes digestifs ont d’abord beaucoup surpris les personnes présentes, d’abord à cause du nom qui prêtait à sourire, ensuite dans la forme. Au fil du temps, nous constatons une attente pour témoigner de l’impact des messages sur la vie, le quotidien de chacun. En tant que prédicateur, il est vraiment enrichissant de voir les fruits des messages portés. Même si j’avais des témoignages directs, le témoignage public apporte encore plus de force à ces retours et encouragent les auditeurs à mettre en application les enseignements reçus ». Philippe B., prédicateur à l’Église 3 épis.

Quel avenir ?

Ces cultes digestifs sont devenus presque indispensables à la vie de l’église : ils sont des pauses appréciables (également pour les prédicateurs !), des opportunités offertes à chacun de ne pas se contenter d’écouter la Parole sans y conformer ses actes (Jacques 1.23).

Ce sont également des moments qui nous permettent de mieux nous connaître et de mieux connaître Dieu en découvrant la manière dont il agit en profondeur, toujours avec grâce et bonté, dans la vie des uns et des autres !

Bref, vous l’aurez compris, l’avenir des cultes digestifs est assuré aux 3 épis, et nous continuerons à relever dans la prière les défis qu’ils comportent, notamment la rédaction des résumés des prédications, la mise en valeur des applications proposées et le côté aléatoire de l’ouverture aux témoignages… nous en sommes convaincus, le jeu en vaut bien la chandelle !