To Sing or not to Sing (2)

To Sing or not to Sing (2)
David Porter
Auteur:

Les personnes qui participent à l’organisation des cultes se posent régulièrement cette question : quels cantiques choisir et pourquoi ? Voilà trois nouvelles propositions argumentées.

Christ est la lumière – Matt Marvane et Paul Baloche (JEM 1057)

Les paroles

Contenu :

Cet hymne moderne inclut des éléments de proclamation, de louange et d’intercession ; il s’exprime de manière simple sur la personne et l’œuvre du Christ. Il s’adresse à la deuxième personne de la Trinité et suit le récit de l’incarnation, soulignant la grâce de Jésus-Christ, une grâce qui a bouleversé le cours de notre humanité.
L’invitation qui nous est adressée, en réponse, est de célébrer sa victoire, sa sainteté et de proclamer que « Christ est la lumière du monde ». Le refrain souligne aussi que l’œuvre du Christ est une « puissance infinie » qui nous accorde la liberté. Dans la deuxième strophe, nous sommes invités à entonner un hymne à sa gloire, une gloire qui sera également reconnue un jour par les nations.

« Chantabilité » :

Le chant suit une simple structure de strophe-refrain et sa musicalité est celle d’un hymne moderne. Le rythme est clair et aide à souligner la mélodie qui se développe de manière naturelle, tout comme son harmonisation. La mélodie, qui atteint son point culminant au refrain, ne dépasse pas la zone de confort (Ré) pour les assemblées. La répétition des structures facilite l’apprentissage du chant à l’unisson ou à plusieurs voix.

Contexte :

Ce cantique pourrait être utilisé à n’importe quelle saison de l’année et à n’importe quel moment du culte. Il remplirait, cependant, une fonction bien précise avant ou après la Cène, en tant que chant de reconnaissance pour la personne et l’œuvre du Christ.

Matt Marvane, pasteur, compositeur et interprète, très apprécié dans les milieux évangéliques francophones, a co-écrit ce chant en 2016 avec Paul Baloche, chanteur et compositeur américain bien connu, qui a des racines francophones.

Montre-moi l’aurore – Keith Getty et Stuart Townend (JEM 1062 ; titre Original « The Power of the Cross »)

Les paroles

Contenu :

Cet hymne moderne, à la fois simple et très profond, m’invite à contempler la scène du Vendredi saint, le jour « si noir » (« le plus noir » dans l’original). Je « vois » la souffrance de Jésus qui a été « jugé par des pécheurs », battu et cloué sur une croix. Sur cette croix, « Christ s’est fait péché pour moi » et la puissance de cet acte d’amour est telle que j’y trouve le pardon (dernière phrase de chaque refrain).

Dans la deuxième strophe, on passe à la deuxième personne pour que je prenne conscience de l’angoisse de Jésus et du poids de mes péchés, qu’il a portés ; ce sont nos actions mauvaises qui l’ont amené à la croix.

La troisième strophe contient des phrases telles que « la lumière se voile », et « le Créateur courbe sa tête », avant d’interrompre cette scène « si noire » pour que nous apercevions le « voile déchiré » et les « morts qui se réveillent » et que nous entendions le cri de Jésus : « c’est accompli ».

La quatrième strophe est plus personnelle : je demande à voir « mon nom gravé dans ses mains transpercées pour me libérer » ; « la mort est vaincue » et « la vie m’est donnée par son amour parfait ».

« Chantabilité » :

Écrit également dans le style d’un hymne moderne, ce chant est assez simple à chanter et permet un développement naturel de la mélodie. Celle-ci tourne, pour la plupart du cantique, autour des six premières notes de la gamme et est répétée une deuxième fois dans la strophe. Elle souligne également le texte de manière marquée. Le chant suit une simple progression des accords.

Contexte :

Ce cantique serait évidemment très utile autour de la Cène, avec notamment la possibilité d’en chanter la première moitié avant la Cène. Dans un culte où il n’y a pas de Cène, c’est un cantique approprié pour nous rappeler la centralité de la croix, la souffrance de Jésus et le pardon qui nous y est offert.
Écrit en 2005, fruit d’une belle collaboration entre Keith Getty et Stuart Townend, dont le premier travail commun, en juin 2001, avait produit le chant : « En Jésus seul » (In Christ Alone), le grand tube de ces 18 dernières années dans le monde anglophone, cet hymne moderne est dans la continuité de leur empreinte, avec une théologie plus soutenue et un mélange de mélodie folk et de couleurs et rythmes celtes.

Notre Père – Benjamin et Thomas Pouzin (JEM 1006)

Les paroles

Contenu :

Il s’agit du « Notre Père », prière de Jésus enseignée à ses disciples en Matthieu 6.9-13, avec la phrase « Abba Père » en guise de « pont » (bridge).

« Chantabilité » :

Il existe depuis des années plusieurs versions musicales de cette prière, dont certaines sont un peu plus faciles à chanter que d’autres ! La longueur de la prière ainsi que des changements dans le nombre de pieds des lignes n’ont pas rendu la tâche facile pour les musiciens occidentaux des 50 dernières années. Je trouve cette version récente, au rythme « ternaire » (12/8), bien réussie.

La mélodie suit les contours de la gamme, incluant des pauses naturelles sur des notes de l’arpège, avec quelques sauts d’intervalles venant de l’arpège. La partie demande (« Ne nous laisse pas »), descend du Do à l’octave avec le point culminant de la mélodie dans la doxologie qui monte en puissance rythmique. Le pont : « Abba Père », utilise un rythme pointé.

Comme beaucoup de chants, il pourrait être introduit la première fois par le groupe de louange, et l’assemblée devrait pouvoir s’y joindre dès la deuxième fois.

Contexte :

S’agissant du « Notre Père », ce chant peut être utilisé comme introduction à un temps de prière, avant ou après le message. Si vous avez l’habitude de dire la prière à haute voix, ce chant pourrait remplacer ce moment.

Écrit par les deux frères du groupe « Glorious », cette version du Notre Père est en accord avec leur vision de chants vécus comme « temps de prière », où « Dieu désire nous dire quelque chose ».

Pour des assemblées qui n’ont que très peu de prières « liturgiques », cette version permet à ce texte biblique, repris depuis des millénaires, d’être chanté. Reggie Kidd écrit qu’« une théologie qui ne peut pas être chantée ne vaut pas la peine d’être gardée ! » (With One Voice : Discovering Christ’s Song in Our Worship, Baker, 2005, p. 13).

 


Cet article vous a plu ? Découvrez les autres articles de la série To sing or not to sing :

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail