Un engagement chrétien dans la société (3): un engagement « équilibré » ?

Un engagement chrétien dans la société (3): un engagement « équilibré » ?
Daniel Hillion

La Déclaration de la NAE sur la responsabilité civique[1] affirme : « La Bible fait bien comprendre que Dieu se préoccupe beaucoup du bien-être du mariage, de la famille, du caractère sacré de la vie humaine, de la justice pour les pauvres, du soin de la création, de la paix, de la liberté et de la justice raciale. » La conclusion que le texte en tire est que la communauté évangélique dans son ensemble devrait avoir une feuille de route équilibrée bibliquement : elle ne peut s’identifier à un combat qui ne porterait que sur un seul de ces sujets.

Être équilibré bibliquement ne veut pas dire…

Le texte de la NAE reconnaît que, par moment, Dieu appelle certains individus ou certaines organisations à se concentrer sur un ou deux sujets. Il est juste qu’il existe des associations qui s’intéressent exclusivement à la défense de la vie et d’autres qui cherchent à faire appliquer les engagements publics de réduction de la pauvreté. L’équilibre biblique doit se trouver à un niveau plus global.

John M. Frame a fait remarquer que certaines tensions entre chrétiens proviennent du fait que nous avons du mal à reconnaître qu’il est légitime que d’autres chrétiens puissent avoir une vocation différente de la nôtre. Celui qui est appelé à faire de la lutte contre la pauvreté une part importante de sa vie ne doit pas chercher à en faire une priorité pour tous. Mais il ne doit pas non plus être empêché de suivre pleinement sa vocation ou être soupçonné de compromission parce que les questions d’éthique sexuelle ou que l’évangélisation ne prennent pas chez lui la même place que chez d’autres.

certaines tensions entre chrétiens proviennent du fait que nous avons du mal à reconnaître qu’il est légitime que d’autres chrétiens puissent avoir une vocation différente de la nôtre.

Être équilibré bibliquement ne veut pas dire que tous les sujets devraient toujours être mis au premier plan. Il existe des moments favorables pour s’engager fortement en faveur de certaines causes. Cela ne signifie même pas que tous les sujets auraient la même importance intrinsèque. Donnons un exemple : la doctrine de la création des humains en image de Dieu avec ses conséquences éthiques implique clairement que l’engagement face à la pauvreté est intrinsèquement plus important que la défense de la cause animale (ce qui ne signifie pas que celle-ci soit sans importance). On pourrait imaginer aisément d’autres exemples moins consensuels parmi les évangéliques.

Que veut dire être « équilibré bibliquement » ?

Cela pourrait commencer par la prise de conscience du fait que la Bible a quelque chose à nous dire sur une multitude de sujets comme ceux mentionnés plus haut – et sur bien d’autres encore. Directement ou indirectement, l’Écriture apporte sa lumière sur l’ensemble des domaines de la vie. Le contexte de mondialisation actuel n’est pas compliqué au point qu’il ne serait plus pertinent de lui appliquer l’enseignement de la Parole de Dieu.

Directement ou indirectement, l’Écriture apporte sa lumière sur l’ensemble des domaines de la vie.

Si nous laissons le Seigneur nous parler sur tous ces sujets – au lieu de nous concentrer sur nos quelques vérités préférées – il est probable que la variété des thèmes abordés dans les prédications, les discussions en groupes de maison, voire dans les cursus théologiques pourrait grandir considérablement. Une véritable doctrine sociale protestante évangélique pourrait s’édifier.

L’équilibre est affaire de synthèses. Nous pratiquons tous ce type d’exercice qui consiste à rassembler les éléments qui nous paraissent pertinents et à les mettre à la place qui nous semble la bonne. Plutôt que de le faire de manière non réfléchie, nous pourrions chercher un principe directeur. En matière d’engagement chrétien dans la société pourquoi ne pas partir des dix commandements et / ou du sermon sur la montagne ? Si nous avions la curiosité de consulter les catéchismes protestants classiques nous serions peut-être étonnés de la variété des sujets abordés et de l’équilibre ainsi obtenu.

Comment faire pour être « équilibré bibliquement » ?

Un certain nombre de personnes considèrent que le discours et l’engagement des évangéliques dans la société, ou en tout cas l’image qui en est perçue de l’extérieur, ne porte pas suffisamment sur les questions de pauvreté, de justice sociale, de paix et de sauvegarde de la création. Le texte de la NAE se faisait[2] l’écho de préoccupations de cet ordre en affirmant que les chrétiens évangéliques aux États-Unis sont connus par les médias non-chrétiens pour leurs prises de positions « pro-vie » et sur les questions familiales, mais que ceux-ci ne prennent conscience qu’avec retard de leur implication dans des domaines comme le secours d’urgence, l’accueil des réfugiés, la lutte contre le sida, les violations des droits de l’homme, l’esclavage, le trafic sexuel ou les viols en prison.

Qu’en est-il de la situation en France ? On peut en discuter, mais je proposerai une pensée pour la recherche d’un équilibre biblique : la Déclaration de Lausanne affirmait que l’évangélisation et l’action sociopolitique découlaient des mêmes principes doctrinaux et éthiques : doctrine de Dieu et de l’homme, amour du prochain et obéissance à Jésus-Christ. Ne peut-on pas poursuivre en disant que le soin de la création, le souci des pauvres, la recherche de la justice sociale, la protection des enfants à naître, la protection de la famille, bref que l’ensemble des sujets en rapport avec l’engagement citoyen dépendent tous eux aussi des mêmes grandes lignes de l’enseignement biblique ?

C’est le même amour pour Dieu et le prochain, le même attachement au Christ comme Sauveur, comme Exemple et comme Seigneur de tout qui constituent la réponse biblique pour des disciples intègres au sein du monde et dans la lumière du Royaume qui vient.

C’est en effet le même égoïsme / égocentrisme, le même culte de l’argent et du profit passant par-dessus tout, le même manque de reconnaissance envers Dieu, le même refus des limites créaturelles, les mêmes peurs, etc. qui provoquent des catastrophes dans chacun de ces domaines. Et c’est le même amour pour Dieu et le prochain, le même attachement au Christ comme Sauveur, comme Exemple et comme Seigneur de tout qui constituent la réponse biblique pour des disciples intègres au sein du monde et dans la lumière du Royaume qui vient. L’équilibre biblique proviendra d’une pensée théologique et éthique systématique.

[1] Cf. https://www.nae.net/for-the-health-of-the-nation/.

Voir aussi les articles suivants sur Point Théo : https://point-theo.com/declarations-lengagement-chretien-societe-1/ et https://point-theo.com/lengagement-chretien-societe-2-parole-commune-possible/

[2] Le texte date de 2004.

Abonnez vous à notre Newsletter et recevez gratuitement les nouveaux articles par mail